ASICS, la fusion du corps et de l’esprit.

Publié le par Elfe

Aasics.jpgAvec le passage 2009 – 2010, les bonnes résolutions abondent en tous sens. On décide d’arrêter de fumer, de faire un régime, de se coucher de bonne heure ou de se mettre au sport.

Ce qui est bien avec les bonnes résolutions de début d’années, c’est qu’elles ne durent pas au-delà du 15 janvier. Mais bon, c’est déjà ça.

 

Donc pour se mettre au sport, il faut un bon équipement (se mettre au sport…rien que la phrase m’épuise). Pour l’équipement sportif, les marques ne manquent pas et une paire de baskets peut devenir un bijou de technologie.

Je connais pas mal de marques (de nom surtout, pas pour les avoir essayé) dans ce domaine, mais il y a une qui m’interpelle plus que les autres. C’est la marque A.S.I.C.S.

 

D’où vient cette marque avec ce logo aux bandes croisées ? Et que signifie A.S.I.C.S ?

 

Cette marque est relativement jeune puisqu’elle n’a que 60 ans et elle nous arrive du pays du soleil levant. Comme quoi le Japon n’est pas restreint aux technologies électroniques.

 

L’aventure de cette marque débute juste après la guerre et la défaite du Japon. Le pays est matériellement et économiquement en ruine. Mais un jeune homme refuse de baisser les bras, il est convaincu qu’il peut aider la jeunesse de son pays à relever la tête par le biais du sport.

 

Monsieur Kihachiro Onitsuka (1918 – 2007) se lance un défi en souhaitant donner aux jeunes les moyens de faire du sport dans de bonnes conditions et de leur redonner l’épanouissement physique et moral.

Monsieur Onitsuka n’a qu’une devise : « Tout ce que vous avez à faire quand vous tombez, c’est de vous relever ».

Cette de devise l’accompagnera toute sa vie.

 Kihachiro-Onitsuka.jpg

                                             Kihachiro Onitsuka

 

Donc Kihachiro s’intéresse au sport en vogue à l’époque, le basket-ball, et propose ses services auprès de l’équipe du lycée de Kobe (Japon) dont la plupart des élèves jouent pieds nus. N’ayant aucune expérience en matière d’équipement sportif, il apprend la cordonnerie et fabrique son premier modèle de chaussures de sport.

Malheureusement ce concept n’est pas adapté pour ce type de sport. Son modèle manque de confort et d’adhérence au sol. Malgré cet échec, Kihachiro ne renonce pas et décide de passer plus de temps avec l’équipe pour observer les joueurs et leurs mouvements afin de déceler les vrais besoins.

 

L’idée révolutionnaire vint un soir lors d’un repas, Kihachiro dégustait une salade de fruit de mer et eut une révélation. Il va s’inspirer des ventouses des poulpes pour améliorer l’adhérence de la semelle des baskets au sol.

Toutefois le modèle qu’il fabrique est trop adhérent et les joueurs perdent souvent l’équilibre. Avec patience, monsieur Onitsuka retravaille le concept pour obtenir un parfait équilibre entre le trop et pas assez.

Son modèle de chaussures est un succès et permet à l’équipe du lycée de remporter de nombreuses victoires. L’histoire de la marque se met en route.

 

Monsieur Onitsuka ne s’arrête pas là, il souhaite améliorer le confort et la ventilation à l’intérieur des chaussures. Il étudie le mouvement de l’air dans les moteurs de mobylettes et comprend qu’il doit percer de petits trous sur les baskets pour créer une ventilation avec le mouvement du pied.

 

En 1949, Kihachiro Onitsuka fonde son entreprise l’Onitsuka Co LTD et dépose le nom d’Onitsuka Tiger à ses baskets. Convaincu d’être sur la bonne voie, il se lance dans d’autres sports, notamment la course à pieds.

La marque connaît un nouveau succès avec le marathonien japonais Tooru Terasawa qui parcours la distance de 42 km sans la moindre ampoule ni lésion aux pieds.

Fin des années 1950, Kihachiro s’intéresse à un autre marathonien, Abebe Bikala surnommé le coureur aux pieds nus. En effet, ce dernier est un champion Ethiopien reconnu dans son domaine qui ne porte aucune chaussure car il ne peut les supporter. A force de courir pieds nus, une corne épaisse c’est formé sous la voute plantaire.

Pourtant, Kihachiro arrive à convaincre le champion à essayer les fameuses Tiger et c’est encore un succès pour la marque et le coureur. Désormais Abebe Bikala ne portera plus que des chaussures de ce fabricant.

             Abebe-Bikala.jpg             Lasse-Viren.jpg

                            Abebe Bikala                                          Lasse Virèn


En 1960, la basket de monsieur Onitsuka est désignée comme chaussure officielle de l’équipe du Japon aux jeux olympiques de Rome. Celles-ci sont ornées d’un motif rappelant le soleil levant. Idem en 1964, aux jeux olympiques de Tokyo où l’équipe féminine de Volley-ball remporte la médaille d’or en arborant les Tigers aux pieds.

 

1966 voit apparaître le nouveau logo de la marque, des bandes croisées, sur le modèle Tiger Mexico 66. Ces chaussures sont à l’honneur lors des jeux olympiques de 1968 à Mexico, ce qui permet à la marque de percer le marché américain.

 

En 1975, le comité olympique du Japon demande à monsieur Onitsuka de créer les tenues officielles des compétiteurs pour les jeux olympiques de Montréal en 1976.

Afin de satisfaire à cette demande, la société Onitsuka se rapproche de deux autres sociétés pour concevoir et fabriquer les tenues, ces entreprises sont GTO et JELENK Co.

 

Aux jeux olympiques de Montréal, la marque est de nouveau à l’honneur avec le coureur de fond finlandais : Lasse Virèn. Ce dernier gagne les courses de 5000 et 10 000 mètres avec des Tigers aux pieds.

 

Fort de tous ces succès et souhaitant évoluer sur le marché mondial, les trois sociétés vont unir leurs efforts en fusionnant.

C’est donc en 1977 qu’Onitsuka Co LTD, GTO et JELENK Co s’associent pour former une marque unique.

 

Les dirigeants des trois sociétés ont le même but : donner aux sportifs les moyens de surmonter tous les obstacles en donnant le meilleur d’eux-mêmes quel que soit leur âge, leur objectif ou leur origine.

 

Pour cela il faut un nom et un logo qui représente leur philosophie. Ils décident de s’inspirer de la maxime du poète latin Juvénal.

La phrase originale ‘Mens Sana In Corpore Sano’ (un esprit sain dans un corps sain) devient ‘Anima Sana In Corpore Sano’ (Une âme saine dans un corps saint). Le mot ‘Mens’ est remplacé par le mot ‘Anima’ afin que le nom de la marque soit mieux prononçable.

Pour le logo, les dirigeants décident de conserver celui des chaussures Tiger avec les bandes croisées.

 Asics_Tiger-logo-.gif

A.S.I.C.S devient un équipementier sportif reconnu à travers le monde grâce à Kihachiro Onitsuka qui va diversifier l’activité du groupe avec des lignes de vêtements pour les sportifs accomplis mais aussi pour les gens ordinaires qui aime le sport.

Kihachiro Onitsuka restera le président du groupe A.S.I.C.S jusqu’à sa mort en 2007.

 

Maintenant que vous savez ce que signifie A.S.I.C.S., vous attendez quoi pour aller faire un peu de sport ?

 

ELFE

Publié dans Vêtements

Commenter cet article

Perle 01/09/2012 20:08

Merci pour ce topo, très complet et très intéressant. Mais que signifie l’espèce de e retourné qui figure devant le A d’ASICS ? Je me suis longtemps demandé si ce n’était pas un B, pour qu’on
lise le mot BASICS.

Fifinette 20/01/2010 12:02


Fort fort intéressant cet article!!!


Elfe 21/01/2010 20:00


Merci pour cet encouragement.