BMW, une certaine élégance en trois lettres.

Publié le par Elfe

Bmw.jpg

J’entends autour de moi deux écoles s’affronter sur la prononciation de la marque BMW, certains disent BMV et d’autres BMW.

Quoiqu’il en soit sur la prononciation, cela ne me donne aucune information sur la signification de ce sigle.

Ces 3 lettres symbolisent un véhicule racé, rapide et nerveux, mais possédant une certaine élégance.

 

Il me fallait percer le secret de ce symbole et découvrir ce qui se cache derrière ce logo.

D’abord que veut dire BMW ? Une recherche rapide m’apprend que BMW est la contraction de Bayerische Motoren Werke (pour ceux qui n’ont pas fait d’allemand ce n’est pas facile à prononcer). En français cela vous donne Usine Bavaroise de Moteurs !! De suite ça le fait moyen… vous vous imaginez parlant de votre superbe voiture dire :

 

-          J’ai craqué pour la dernière Usine Bavaroise de Moteurs

 

Pas évident quand même ! C’est plus classe de parler de BM ou BMW.

 

Sur le logo rond en bleu et blanc, il y a la légende et la version officieuse. La légende nous dit que les dirigeants de BMW ont choisi le bleu et le blanc en l’honneur de leur pays natal : la Bavière.

La vérité est un peu différente, les dirigeants ont effectivement choisi les couleurs de la Bavière. Mais à l’époque de la création de l’entreprise, l’Allemagne venait d’être unifié et des tensions entre les régions subsistées. Afin de ne pas attiser les animosités, les constructeurs inversèrent l’ordre des couleurs. Ce n’est que bien plus tard que le lien entre les couleurs du constructeur et celles de la Bavière sera établi.

 

Enfin le symbole de la marque BMW est censé représenter une hélice en mouvement car le constructeur était à l’origine un professionnel dans la fabrication des moteurs d’avions.

 

Mais comment passe t’on de l’aviation à la voiture ? C’est ce que je vais vous raconter.

Il faut remonter au début du siècle dernier (c’est toujours bizarre de dire « le siècle dernier » qu’en on y est né). Enfin direction les années 1910 en Bavière.

 

D’un côté nous avons Gustav OTTO (1883-1926) qui est un ingénieur et un industriel de Munich en Bavière. Il est le fils de Nicolaus OTTO, ingénieur et inventeur du moteur à quatre temps avec son ami Gottlieb Daimler (fondateur de Mercedes). Gustav travaille pour son père dans l’entreprise Deutz AG, mais à l’âge de 28 ans il décide monter sa propre entreprise pour fabriquer des moteurs d’avions. Il crée la Gustav Otto Flugmaschinenfabrikun à Munich en 1911.

 

De l’autre côté, nous avons Karl Rapp (1882-1962) qui est ingénieur et mécanicien. Lui aussi est un pionner dans l’aéronautique. Après avoir travaillé pour la société Daimler (Mercedes), il crée sa propre entreprise de fabrication et commercialisation de biplans en 1912. Le siège de sa société la Rapp Motorenwerke est aussi basé à Munich.

 

Gustav Otto et Karl Rapp vont développer leurs industries chacun de leur côté tout en se côtoyant régulièrement. Afin de devenir leader de leur domaine, les deux hommes vont unir leurs sociétés pour en faire un groupe puissant dans le domaine de l’aviation. C’est le 7 mars 1916 que la fusion entre la Rapp Motorenwerke et la Gustav Otto Flugmaschinenfabrikun intervient. Mais ce n’est qu’en 1917 que la Bayerische Motoren Werke verra le jour et se dotera du logo bleu et blanc en forme d’hélice. C’est Franz Joseph Popp (1886-1954) qui va s’occuper de déposer le logo et le nom de l’entreprise et prend la place de Karl Rapp quand ce dernier démissionne.

 

Tout aurait pu merveilleusement bien fonctionner pour les deux hommes s’il n’y avait eu la guerre. La défaite de l’Allemagne et le Traité de Versailles vont stopper net l’activité de la jeune entreprise. En effet, le Traité interdit à l’Allemagne toute production et fabrication dans le domaine de l’aéronautique et dans le domaine militaire. Nous sommes en 1919, et BMW doit réagir pour éviter de disparaître. A défaut de moteurs d’avions, les dirigeants vont se lancer dans la production de mobiliers, de machines agricoles et autres produits qui sont loin de l’aéronautique mais qui permettent aux chaînes de production de fonctionner en attendant des jours meilleurs.

 

En 1922, BMW est sauvée par un homme. Max Friz (1883-1966), ingénieur au sein de l’entreprise, propose de produire des moteurs de motocyclettes.

Ce sera un succès pour la marque qui devient un leader sur le marché de la moto. En 1928, BMW absorbe l’usine de voiture Dixi située à Eisenach et lance sa première automobile en 1929.

Dès 1930, BMW revient officiellement à son premier amour : les moteurs d’avions. Officiellement car dans la clandestinité, le constructeur avait continué sa production dans le domaine aéronautique. D’ailleurs en 1920, BMW avait obtenu le record d’altitude (10 000 mètres).

 

Mais voila qu’arrive de nouvelles heures sombres avec la seconde guerre mondiale. Comme toutes entreprises Allemande, BMW est mise à contribution à l’effort de guerre. Le constructeur reconnu par la suite avoir employé 30 000 personnes au travail forcé dans le camp d’Allach près de Munich pour la fabrication de moteurs d’avions.

 

Avec la fin de la guerre, et la nouvelle défaite de l’Allemagne, BMW est à terre. Son usine de voiture à Eisenach est prise par l’Union Soviétique. L’usine de Munich est rasée par les Anglais. Toutes les inventions technologiques de BMW sont pillées par les alliés.

Mais BMW relève une nouvelle fois le défi et à déjà connu pareille situation. Les chaînes de montage reprennent progressivement en produisant une nouvelle fois de l’électroménager et des bicyclettes.

 

En 1952, BMW transforme son usine de Munich pour produire des voitures. Mais le marché est difficile car ses concurrents ont déjà pris possession de ce secteur, notamment Mercedes-Benz.

BMW produit des berlines de haute gamme et trop chère pour le peuple allemand qui reconstruit toujours le pays. Les ventes sont plus que modeste et les coûts de production entraînent peu à peu le constructeur vers la faillite.

En 1955, les dirigeants de BMW comprennent qu’il est préférable de s’attaquer au marché des petites voitures populaires qui à été délaissé par ses concurrents. Cela donne un léger sursis à la marque. Toutefois, la mauvaise gestion de l’entreprise l’amène au bord du gouffre financier et Mercedes-Benz commence sérieusement à vouloir absorber BMW.

 

Mais la marque est sauvée, presque in-extremis, par un financier et mécène. Herbert Quandt (1910-1982) met en place un groupe d’actionnaires qui entre dans le capital de la société. Prenant ainsi un certain pouvoir de décision au sein du groupe, il va réformer la structure de BMW. Il fait le grand ménage dans la hiérarchie et réoriente la stratégie de l’entreprise. Il n’hésite pas non plus à investir son propre argent dans la société. A grand coup de millions de Marks, Herbert Quandt va sauver BMW.

 

Le constructeur s’oriente vers des véhicules de moyen de gamme avec des prix de vente très abordable. C’est en 1961 que BMW va reprendre sa marche en avant avec la ‘BMW 1500’. Une berline sportive avec une image de qualité retrouvée.

 

Depuis cette date, la marque n’à plus failli et continue de proposer des modèles de moyen et haut de gamme avec une qualité de motorisation et de confort sans égale.

 

En 1994, BMW rachète la marque Rover pour la céder à Ford en 2000, mais en gardant la main sur la Mini.

 

En 1998, BMW rachète la marque Rolls Royce et en 2007 la marque de motos Husqvarna.

 

Aujourd’hui BMW est un leader sur le marché de l’automobile et de la moto, et son slogan ‘Le plaisir de conduire’ ne se dément pas.

 

Elfe

Publié dans Automobiles

Commenter cet article

Alex Leclerq 15/11/2012 18:34

J'ai vu un des ces enseignes au quebec et je me suis demandé d'ou venait leur logo. Merci pour l'article